Partenaires | Partners

École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble (ENSAG) :

École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble, Université Grenoble Alpes (ENSAG – UGA) concourt à la réalisation des missions du service public de l’enseignement supérieur pour ce qui concerne l’architecture, et participe aux stratégies nationales de l’enseignement supérieur et de la recherche ainsi qu’aux regroupements d’établissements supérieurs. Elle veille au respect de la diversité architecturale, paysagère et culturelle et a pour mission d’assurer la formation initiale et continue tout au long de la vie des professionnels de l’architecture, de la ville, des territoires et du paysage.

Le projet est porté par l’équipe CRAterre de l’Unité de Recherche Architecture, Environnement & Cultures Constructives (AE&CC) et réalisé dans le cadre de l’axe Patrimoine de son programme de recherche 2021-2025.

École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble, Université Grenoble Alpes (ENSAG – UGA) contributes to the achievement of the missions of the public service of higher education with regard to architecture, and participates in national strategies of higher education and research as well as groups of higher education institutions. It ensures respect for architectural, landscape and cultural diversity and its mission is to provide initial and lifelong training for professionals in architecture, the city, the territories and the landscape.

The project is led by the CRAterre team of the Architecture, Environment & Building Cultures Research Unit (AE&CC) and carried out as part of the Heritage axis of its 2021-2025 research program.

UMR 5189 Histoire et Sources des Mondes Antiques (HiSoMA)

Né du regroupement progressif, au cours de ces quinze dernières années, d’instituts universitaires et d’équipes CNRS partageant un intérêt commun pour l’Antiquité gréco-romaine et l’Orient méditerranéen, l’HiSoMa est l’un des laboratoires constitutifs de la Fédération de Recherche « Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux ». Il regroupe environ 80 chercheurs, enseignants-chercheurs, post-doctorants, ingénieurs et administratifs, rattachés à l’une des cinq tutelles (CNRS, Université Lumière Lyon 2, Université Lyon 3, Université de Saint-Etienne, ENS de Lyon), 90 doctorants et une quarantaine de chercheurs associés.

Les recherches qui sont menées au sein du laboratoire HiSoMa concernent les mondes anciens, abordés à travers les disciplines spécialisées des Sciences de l’Antiquité que sont l’archéologie, l’histoire, les études littéraires, la philologie, l’épigraphie, la numismatique, l’iconographie, sur une très longue période qui s’étend de l’Ancien Empire pharaonique à la fin de l’Antiquité tardive, et dans un espace géographique cohérent qui correspond principalement aux civilisations de la Méditerranée antique. Les travaux du laboratoire sont largement reconnus à l’étranger et sur certains programmes, HiSoMA est même tête de réseau d’une recherche internationale.

The Research Center HiSoMA (Histoire et Sources des Mondes Antiques, History and Sources of the Ancient Worlds,  UMR 5189 of the CNRS) is one of the constituent units of the Research Federation « Maison de l’Orient et de la Méditerranée ». It unites about 80 tenured academics, postdocs, research support staff and administrators from one of its five founding institutions (CNRS, Université Lyon 2, Université Lyon 3, Université de Saint-Etienne, ENS de Lyon), 90 doctoral students and about 40 associated researchers.


Current research projects concern the ancient worlds, studied through specialist disciplines of Sciences of Antiquity (such as archaeology, history, literary studies, philology, epigraphy, numismatics, iconography) over a very long period which stretches from the ancient Pharaonic empire to the end of late Antiquity, and within a coherent geographic context that corresponds basically to the civilizations of the ancient Mediterranean.

UMR 8167 Orient & Méditerranée

L’UMR 8167 Orient et Méditerranée est une entité de recherche de qualité scientifique éminente et de taille significative qui rassemble, pour les domaines qu’elle fédère, une grande partie des forces de la recherche française.
Ses travaux s’appliquent à un espace géographique cohérent, la Méditerranée, sur une longue durée allant du monde pharaonique à l’aube de la Renaissance. Elle fait appel à l’ensemble des disciplines des sciences humaines.

Connues de longue date dans le monde académique sous les noms du Laboratoire des Études Sémitiques Anciennes (LESA), du Centre Lenain de Tillemont (pour l’Antiquité gréco-romaine), du Centre d’Histoire et de civilisation de Byzance, de l’unité État, religion et société dans l’Égypte ancienne et en Nubie (les autres noms sont inchangés), ces équipes occupent une place unique dans le paysage européen de la recherche pour les études sémitiques, les études byzantines et la médecine grecque, et sont des lieux d’excellence reconnue pour les études égyptiennes, islamiques et de l’Antiquité tardive.
Leur rapprochement a permis de développer des études transversales fondées sur les thèmes et les disciplines communes à nos recherches et de faciliter les échanges entre spécialistes de champs voisins.

UMR 8167 Orient et Méditerranée is a research entity of eminent scientific quality and of significant size which brings together, for the fields it federates, a large part of the strengths of French research.
His work is applied to a coherent geographical space, the Mediterranean, over a long period ranging from the Pharaonic world to the dawn of the Renaissance. It appeals to all disciplines of the human sciences.

Long known in the academic world under the names of the Laboratoire des Études Sémitiques Anciennes (LESA), the Center Lenain de Tillemont (for Greco-Roman Antiquity), the Center for History and Civilization of Byzantium, the state, religion and society unit in ancient Egypt and Nubia (other names are unchanged), these teams occupy a unique place in the European research landscape for Semitic studies, Byzantine studies and Greek medicine, and are places of excellence recognized for Egyptian, Islamic and Late Antiquity studies.

CRAterre

Depuis 1979, l’association CRAterre œuvre à la reconnaissance du matériau terre afin de répondre aux grands défis globaux de lutte contre la pauvreté et de développement durable. Dans cette perspective, elle poursuit trois objectifs :
– mieux utiliser les ressources locales, humaines et naturelles,
– améliorer l’habitat et les conditions de vie,
– valoriser la diversité culturelle.

Depuis le fin des années 1980, CRAterre a collaboré avec l’ICCROM et l’UNESCO dans une perspective de développer des approches méthodologiques et de proposer des bonnes pratiques pour la conservation du patrimoine architectural bâti en terre : conservation préventive, restauration, mise en valeur et (plans de) gestion. Dans ce cadre, CRAterre est intervenu sur une quarantaine de sites du Patrimoine mondial de l’UNESCO un peu partout dans le monde, développant ainsi une expertise toute particulière, y compris sur des sites archéologiques, une expertise qui sera très utile dans le cadre du projet Nile’s Earth.

Since 1979, CRAterre association has worked towards the recognition of earth materials as a valid response to the challenges linked to the protection of the environment, the preservation of cultural diversity and the fight against poverty. In this perspective, CRAterre’s three main objectives are centred on:
– Optimizing the use of local resources, human and natural,
– Improving housing and living conditions,
– Valorising and promoting cultural diversity.

Since the end of the 1980s, CRAterre has collaborated with ICCROM and UNESCO with a view to developing methodological approaches and proposing good practices for the conservation of architectural heritage built in earth: preventive conservation, restoration, enhancement. and (management) plans. Within this framework, CRAterre intervened on some forty UNESCO World Heritage sites around the world, thus developing a very particular expertise, including on archaeological sites, an expertise which will be very useful in the context of the Nile’s Earth project.

Institut Français d’Archéologie Orientale du Caire (Ifao)

L’Institut français d’archéologie orientale du Caire est une des cinq grandes écoles françaises à l’étranger, qui forment le réseau Resefe depuis 2011. C’est une institution de recherche dépendant du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI).

Sa mission est d’étudier les civilisations qui se sont succédé en Égypte depuis la Préhistoire jusqu’à l’époque moderne. Les disciplines concernées sont l’archéologie, la philologie et l’histoire. Les chantiers de l’IFAO concernent toutes les périodes (Préhistoire, Égypte pharaonique, période copte, période islamique) et des sites sont fouillés sur tout le territoire égyptien (vallée du Nil, Delta, Oasis, déserts oriental et occidental, Sinaï, mer Rouge). Les axes de recherche peuvent concerner une époque précise ou la longue durée, une région d’Égypte, tout le pays, l’ensemble du Proche-Orient ou bien encore peuvent être comparatistes entre l’Orient et l’Occident ; ils sont souvent pluri-disciplinaires.

Une équipe diversifiée (120 agents égyptiens et français) permet cette activité: en plus des ouvriers, techniciens et ingénieurs, six membres scientifiques sont affectés à l’institut de manière permanente. De nombreux chercheurs et enseignants-chercheurs, des stagiaires venant de grandes écoles françaises ainsi que des boursiers (doctorants ou post-doc) sont accueillis pour un ou deux mois par an.

The French Institute for Oriental Archaeology (IFAO) in Cairo is one of the five major French research centres abroad and falls under the aegis of the Ministry of Higher Education, Research and Innovation (MESRI). These research centres form the ResEFE network since 2011.

The institute’s mission is to study the successive civilisations of Egypt from prehistory until the modern era. The disciplines involved are archaeology, philology and history. The excavation sites of the IFAO cover all eras (prehistory, Pharaonic Egypt, the Coptic period, the Islamic period) and they are situated throughout Egypt (Nile valley, Delta, oases, Eastern and Western Desert, Sinai and the Red Sea). Research themes may concern a restricted time period or may take the longer view, one part of Egypt or the entire country, the Near East as a region or even in comparative studies between East and West. Research is often multi-disciplinary.

A diverse team of 120 members, both Egyptian and French, facilitates such activities, and in addition to normal staff, technicians and engineers, six academic fellows hold permanent positions within the Institute. Numerous researchers, teachers on research sabbaticals, interns from leading French graduate schools as well as holders of scholarships (doctoral and post-doc) are welcomed for one or two months per year.

Centre Franco-Égyptien d’Étude des Temples de Karnak (CFEETK)

Le Centre Franco-Égyptien d’Étude des Temples de Karnak (CFEETK – MoTA / USR 3172 du CNRS) est un organisme public de recherche pluridisciplinaire fondé en 1967 et chargé de l’étude et de la restauration des temples de Karnak.

Le CFEETK est la structure qui a la charge des travaux de recherche et de conservation dans l’enceinte du temple d’Amon-Rê. Il est placé sous la tutelle du Ministère du Tourisme et des Antiquités d’Égypte (MoTA) et du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS).

Les travaux traditionnellement mis en œuvre à Karnak concernent les études épigraphiques et architecturales, l’archéologie, la conservation-restauration, l’anastylose de monuments et la mise en valeur du site. Ainsi, l’approche pluridisciplinaire est-elle indispensable, égyptologues, archéologues, architectes, restaurateurs, photographes, tailleurs de pierre, dessinateurs, documentalistes, topographes travaillant ensemble dans le plus grand domaine religieux d’Égypte.
En plus de ses propres programmes, le CFEETK joue un important rôle de plate-forme d’accueil et de soutien à de nombreux projets internationaux.

The Franco-Egyptian Center for the Study of the Temples of Karnak (CFEETK – MoTA / USR 3172 of the CNRS) is a public multidisciplinary research organization founded in 1967 and responsible for the study and restoration of the temples of Karnak.

The CFEETK is the structure in charge of research and conservation work within the grounds of the temple of Amun-Re. It is placed under the supervision of the Ministry of Tourism and Antiquities of Egypt (MoTA) and the National Center for Scientific Research (CNRS).

The work traditionally carried out in Karnak concerns epigraphic and architectural studies, archeology, conservation-restoration, the anastylosis of monuments and the enhancement of the site. Thus, a multidisciplinary approach is essential, Egyptologists, archaeologists, architects, restorers, photographers, stonemasons, designers, documentalists, topographers working together in the largest religious domain in Egypt.
In addition to its own programs, the CFEETK plays an important role in hosting and supporting many international projects.

Section française de la direction des Antiquités du Soudan (SFDAS)

Fondée en 1967 sur une initiative de Jean Vercoutter, la SFDAS a été officiellement créée en 1969. Elle a été dirigée successivement par André Vila (1969-1975), Francis Geus (1975-1984), Jacques Reinold (1984-2000), Francis Geus (2000-2004), Vincent Rondot (2005-2009), Claude Rilly (2009-2014), Vincent Francigny (2014-2018) et depuis Avril 2019 par Marc Maillot. Chargée de coopérer avec la Direction des Antiquités soudanaises dans ses activités de terrain (fouilles et prospections), elle a d’abord participé aux dernières opérations de sauvetage de la Campagne de Nubie, qui précéda la mise en eau du lac de retenue du barrage d’Assouan. Elle fut ensuite chargée de poursuivre le recensement systématique des sites de la vallée du Nil au sud de ce lac. Elle a par ailleurs effectué plusieurs fouilles programmées, notamment sur les sites de Missiminia (nécropole napatéenne, méroïtique, groupe X et chrétienne), Kadada (nécropole néolithique, méroïtique et post-méroïtique), Kadrouka (tertre funéraire néolithique) et el-Hobadgi (tumuli post-méroïtiques).

Founded in 1967 at the initiative of Jean Vercoutter, the SFDAS was officially created in 1969. It was successively run by André Vila (1969-1975), Francis Geus (1975-1984), Jacques Reinold (1984-2000), Francis Geus (2000-2004), Vincent Rondot (2005-2009), Claude Rilly (2009-2014) and, since September 2014, by Vincent Francigny. In charge of cooperating with the Sudanese Department of Antiquities in its field activities (excavations and prospection), the SFDAS took part in the last rescue operations of the Nubian campaign which preceded the water impoundment in the Aswan dam reservoir. It then pursued the systematic inventory of the sites of the Nile Valley south of the lake. It has also conducted several planned excavations, namely on the sites of Missiminia (Napatan, Meroitic, X-group and Christian necropolis), Kadada (Neolithic, Meroitic and post-Meroitic necropolis), Kadruka (Neolithic funeral mound) and El-Hobagi (post-Meroitic burial mound).