Le projet | The project

FR

Le projet ANR Nile’s Earth (2021-2024) est porté par l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble (ENSAG), en partenariat avec l’UMR 5189 Histoire et Sources des Mondes Antiques, l’UMR 8167 Orient & Méditerranée, le CRAterre, l’Institut Français d’Archéologie Orientale du Caire (Ifao), le Centre Franco-Égyptien d’Étude des Temples de Karnak (CFEETK) et la Section française de la direction des Antiquités du Soudan (SFDAS).

Depuis la naissance de l’égyptologie au XIXe siècle puis de la soudanologie, l’intérêt des chercheurs a porté essentiellement sur l’architecture en pierre. L’architecture de terre qui lui est pourtant systématiquement associée n’a été que peu étudiée, conservée ou mise en valeur. Mais depuis quelques années, est apparue clairement la nécessité d’une meilleure prise en compte de ces vestiges d’architectures de terre pour une compréhension et des restitutions plus complètes à la fois pour la recherche et pour le grand public. De premières expériences ont été menées par des équipes d’archéologues, mais avec des résultats pas toujours satisfaisants.

Le projet Nile’s Earth propose de rassembler des compétences complémentaires pour combler les lacunes avec des investigations plus poussées vers une meilleure connaissance de ces vestiges, de leurs états et conditions de conservation, puis la définition de méthodes et techniques de conservation et de mise en valeur plus adaptées et durables.

EN

The ANR Nile’s Earth project (2021-2024) led by the École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble (ENSAG) with the collaboration of UMR 5189 Histoire et Sources des Mondes Antiques, UMR 8167 Orient & Méditerranée, CRAterre, the Institut Français d’Archéologie Orientale in Cairo (Ifao), the Centre Franco-Égyptien d’Étude des Temples de Karnak (CFEETK) and the Section française de la direction des Antiquités du Soudan (SFDAS).

Since the birth of Egyptology in the nineteenth century and then Sudanology, the interest of researchers has focused mostly on stone architecture. The earthen architecture that is however systematically associated with it has been rather poorly studied and even less preserved nor enhanced, though with few monumental exceptions. But in recent years, it has become clear that there is a need to better take into account these vestiges of earthen architectures for ensuring a full understanding and proper restitution to both research and the general public. Some first attempts have been conducted by teams of archaeologists, but with results that are not always satisfactory.

The Nile’s Earth project proposes to gather complementary competencies to fill the gaps with further investigations towards a better knowledge of these remains, their states and conditions of conservation, and then the definition of more adapted and durable methods and techniques for conservation and site presentation.